• Solitude's

     

     

     Ramon Ross

     

    Schopenhauer racontait comment un matin très froid, un petit groupe d'hérissons se regroupaient pour se réchauffer.

    Ils se serrèrent les un contre les autres. De plus en plus près, ils se gênaient avec leurs pics. Ils s'éloignaient et rapprochaient à nouveau, cherchant la bonne distance.  

    Le comportement humain est très similaire. Nous cherchons toute notre vie la bonne distance entre le besoin des autres et le besoin de nous mêmes. Aujourd'hui dans nombreuses de nos villes modernes, de très nombreux foyers sont habités par une personne seule. Un pourcentage qui serait sans doute plus élevé sans la récession économique qui sévissent certains pays.  

    la solitude est un sentiment très aigüe.  Pour certains est la grande trouvaille de la maturité. Un stade de bien être et source de paix. Pour d'autres par contre est une terrible expérience et une zone à éviter à tout prix. Il est vraie que jusqu'à présent nous avons jamais été éduqués pour la solitude. Chacun développais sont talent pour cela. Mais les chiffres sont révélatrices. Il est fort probable que, à une quelconque période de nos vies, nous puissions nous retrouver seuls. Il est possible aussi qu'il ne soit pas nécessaire de la fuir.

    Certains affirment même que, dans la solitude on trouve les raisons qui nous ont amenés jusqu'à elle. Ainsi donc, il s'agirais plutôt d'une question de préparation et confiance. De cultiver honnêtement nos vies. Cela demande à éviter la peur de s'aventurer dans ce terrain inexploré. Parce que la solitude sera toujours une rencontre qui nous obligera à affronter un bon nombre de questions sans réponse.   

    En ce temps où l'individualisme triomphe, les options se réduisent. Et même si la solitude pèse, un dialogue salutaire avec soi même reste toujours possible. Il reste aussi possible chercher de la compagnie. Parfois pour le bénéfice des deux parties. Parfois pour une solitude plus grande ; la pire des solitudes.

    Depuis notre enfance nous avons vécu avec l'obligation d'être entourés. Même dans des situations intolérables. Car s'éloigner impliquait l'exclusion, la non intégration avec les autres et cela s'signifiait la confrontation. Tout, mais jamais seul.

     

    Il est important de se frotter à la solitude. De bien se connaître. De bien prendre la dimension de soi même. De regarder la vie, face à face, avec confiance et générosité.

    Tout ce qui peut naître et grandir en nous en solitude, peut également être partagé avec les autres, mais depuis nos convictions bien acquises, dans la sérénité de notre force intérieur.  

     

     

     

     

    Julio César Alvarez/Tribuna/El País

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :